@nna-oi, plutôt ici qu’ailleurs...

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 7 décembre 2017

Ngon lắm!

Près de la rue de Bayard toute refaite, rue Denfert Rochereau à Toulouse, on se croirait au Vietnam ! Épiceries et restaurants vietnamiens, parfois balinais, côtoient les derniers sex-shops d’un quartier dit “chaud” à une époque pas si lointaine. On peut même entendre quelques chants vietnamiens s’échappant des boutiques. Mais à vrai dire, mon restau viet préféré dans le quartier se cache rue Dalayrac, c’est l’Oignon vert, avec sa devanture désuète. Dix places au maximum à l’intérieur, on y déguste des vrais plats de là-bas, et on sent comme il faut le graillon après une copieuse et excellente phở !

tou-viet-02.jpg
tou-viet-03.jpg
tou-viet-04.jpg
tou-viet-05.jpg
tou-viet-01.jpg

Le long du canal du midi

canal-01.jpeg Le pont du passage des Soupirs, canal du midi

mercredi 15 novembre 2017

Vous voulez une poche ?

À partir du moment où j’ai dit que je m’installais à Toulouse, le réseau s’est activé tout seul. Et les nouveaux contacts sont arrivés : famille, amis d’amis, anciens colocs, anciens collègues. C’est comme ça que j’ai trouvé un havre de paix dans la ville, pour quelques semaines, près du quartier Saint-Aubin, de l’autre côté du canal du midi. Un grand merci à Alex et Carole !
La ville de Toulouse est grande et étalée, un peu bruyante dans le bon sens du terme parce que vivante et animée. L’accent toulousain m’emporte ailleurs. Je dois bien avouer que, parfois, je fais répéter les gens d’ici. Je me fais à la “chocolatine”, un peu moins à la “poche” ! Mais, ici, on y entend tous les accents de toutes les langues : espagnol beaucoup, anglais ou arabe. Je dois faire très attention en traversant la rue, car, ici, contrairement à Nantes, les automobilistes ont le sens chaud, et laissent rarement passer les piétons. Je dis “au-revoir, merci” au chauffeur en descendant du bus. Tout le monde a un mot gentil quand je dis que je débarque dans la ville.
L’autre jour, un cycliste sur le trottoir me croise à sens inverse et me lance en souriant : “Tiens, une Parisienne ! Bonjour !”. Qu’avais-je de parisien ce jour-là ? Mystère (ce doit être dans mes gènes), mais cet inconnu l’a su !

toulouse-05.jpg

lundi 13 novembre 2017

Au boulot !

Mercredi 8 novembre au matin, je me dirige dans le quartier Compans Caffarelli, près du jardin japonais – aux airs du jardin de Versailles à Nantes – pour un atelier autour du thème : “Travailleur indépendant : comment choisir le bon statut juridique ?”. Parce que l’idée, dans cette nouvelle vie, c'est quand même de travailler, en indépendant, cela me semble assez approprié. “EURL, SASU, EI, EIRL, micro-entreprise, portage salarial, CAE… C’est à y perdre son latin ! Quel statut et régime juridique vous correspond le mieux ? Quels avantages et inconvénients ? Comment ne pas se tromper ? Quelles évolutions en 2018 pour le régime de la micro-entreprise ?”, c'est ce que propose cet atelier, animé par Camille Jounot de Ô-Compta et Bernard Martinez de 2i Portage. Remettre les pendules à l’heure, rencontrer des gens aux parcours similaires, découvrir le portage salarial.
Parallèlement, je tente de mettre en valeur mes compétences, formations, parcours et autres activités bénévoles – ou pas – dans un nouveau cv. La tâche n’est pas facile, je n’ai jamais su me vendre, parce que je ne n’ai jamais eu besoin de le faire. Tout au long de ma vie, en France ou en Asie, on est venu vers moi, parce qu’on me connait, parce qu’on sait comment je travaille. 2017, reconversion, changement, la donne n’est plus tout à fait la même. Peut-être faut-il que je fasse du tri dans mes envies : enseignement du Fle, correction & rédaction, médiation culturelle, voix, radio ?

jardin_japonais.jpg
(photo libre de droits)

lundi 30 octobre 2017

Bien arrivée à Toulouse

toulouse-01.jpg
Place de la Trinité

toulouse-03.jpg
Jardin des plantes

toulouse-02.jpg
On dira qu’on s’est rencontrés à la médiathèque (José Cabanis)

lundi 16 octobre 2017

My home in a box

Je n’irai pas au bout du monde, juste au bout de la France : Toulouse, ô Toulouse ! J’avais eu ce projet il y a quelque temps, et ça ne s’était pas fait. Et là, à la rentrée de septembre 2017, je sens qu’il est temps que je bouge, que je quitte Nantes, que je fasse d’autres choses, ailleurs. Je sais bien que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, justement. Mais je suis libre, et j’ai l’impression de ne pas profiter de cette liberté. Alors, Toulouse, c’est encore la France, ce n’est pas l’étranger (quoique les codes ne soient pas les mêmes qu’à Nantes), mais c'est plus facile de rester en France quand on est français (non, je ne suis pas adepte de l’écriture inclusive, pas du tout !).
Je souris parce que les gens, les amis posent presque les mêmes questions que lorsque j’ai quitté la France pour le Vietnam : “Mais pourquoi Toulouse ? Que vas-tu y faire ? Tu y vas pour le travail ? Tu as rencontré quelqu’un ? Tu connais des gens là-bas ? T’as trouvé un appart ?” Par amour, par amitié, ils s’inquiètent. Quoi de plus naturel ? Mais, moi, j’ai simplement envie d’entendre : “Ah oui, c'est super Anna, va, va, tu nous raconteras !”. Oui, je vais vous raconter !
Alors, comme une impression de déjà vu, j’ai rangé mes affaires dans un box près de Nantes à Carquefou, et je pars à Toulouse avec ma petite valise à roulettes... pour une nouvelle vie ! Rien ne m’attend là-bas, tout m’attend donc là-bas ! Une ville à découvrir, une vie à refaire. Peut-être que c’est comme ça que je fonctionne !

box.jpg

vendredi 12 mai 2017

Du Fle à Montpellier

Chaque année, au mois de mai, AppliFLE organise des journées d’application. L’objectif de ces journées de formation est d’apporter aux enseignants de nouvelles méthodes d’apprentissage afin de perfectionner leurs pratiques de classe.
Au programme de cette troisième édition des journées d'application, je choisis les ateliers : “La phonétique corrective” par Michel Billières, “Un corps, un souffle, une voix : quand « dire » est source de plaisir”, par Richard Bossuet de TV5 Monde, “Alphabétisation et illettrisme” par Anna Cattan de Langues Plurielles et ”Interculturel” par Marjorie Pégourié de l’université de Rennes.
De belles rencontres, de grands partages autour de l’enseignement du français aux étrangers. Des valeurs partagées sur le “enseigner autrement”. Je rentre à Nantes avec de nouvelles idées pour enseigner au Cada-Adoma.

montpel-01.jpg
montpel-02.jpg
montpel-03.jpg
montpel-04.jpg
montpel-05.jpg
montpel-06.jpg

samedi 28 janvier 2017

Chúc mừng năm mới 2017!

Happy, happy lunar new year of Fire Rooster (symbol of righteousness, honesty and pragmatism)!

na_m_mo__i_2017.jpg

lundi 25 janvier 2016

Dragon Box

regis_02.jpg

Et pendant ce temps-là, Régis part discrètement travailler en vélo couché (version hiver), sous le regard ahuri des parisiens !

samedi 23 janvier 2016

Bina & Olivier

J'ai failli ne pas aller au mariage de Bina et Oliver : trop court, trop loin, trop cher, mais comme j'ai bien fait de traverser Paris et la Manche pour assister à cette journée absolument magique, union d'une une anglo-indienne et d'un franco-vietnamien (ma petite famille de Saigon). Femmes en sari, cérémonie de mariage indien (ganesh pooja), cérémonie officielle de madame le Marie – sans photographies, ce qui permet de vivre le moment comme il faut – accent britannique pas toujours facile à comprendre, le dépaysement est total au Quorn Country Hotel, à Loughborough. Je papillonne entre la famille de Bina et celle d'Olivier. Je pleure, un peu, de joie, dans les bras de Shanta, la mère de Bina. Je chante “Cuối cùng cho một tình yêu” en petit comité : “Em ơi em ơi...”. Oh, que je suis heureuse d'être là ! A very big thank you to the whole Mistry's family...

Olive_Bina_01.jpg
Ganesh pooja à l'indienne

Olive_Bina_03.jpg
Sœurs et cousine en sari

Olive_Bina_02.jpg
Changement de costume

- page 1 de 34